Et si ça ne marche pas à l’école, où iront nos enfants?

seul, chemin forestier, sentier de la forêt, personne, marche, saison de l'automne, forêt, paysage, nature, arbres

Rendre l’école obligatoire pose plusieurs problèmes majeurs. Celui de la liberté des parents et des enfants, celui du choix, des moyens… Mais cette décision que bien sûr le président Macron s’était bien gardé d’annoncer lors de sa campagne électorale pose un autre problème qu’il n’a sans doute pas anticipé, tout occupé qu’il était à peaufiner son effet d’annonce.

Plusieurs enfants sont en échec scolaire pour de multiples raisons, ce n’est pas une nouveauté. Pour ceux-là l’instruction en famille représente une porte de sortie, une respiration. L’enfant harcelé, intimidé, inadapté, surdoué, hyperactif, souffrant de tel ou tel trouble n’aura plus que la solution scolaire. L’enfant tout bonnement passionné par un des milliers de sujets que l’école n’offre pas à étudier tels l’astronomie, l’archéologie, la zoothérapie, l’anthropologie, la paléontologie, le symbolisme, l’étude des désert, de la littérature africaine ou perse, les arts martiaux, le théâtre No, l’éthologie, l’ethnobotanique ou je ne sais quelle autre connaissance, qu’adviendra-t-il donc de cet enfant passionné n’ayant plus d’autre choix que d’aller étudier par des méthodes discutables ce qu’il n’a pas demandé d’apprendre, à des heures qu’il n’a pas choisies, avec des gens nommés au hasard des mutations?

Et si malgré tous les efforts du personnel scolaire ça ne marche toujours pas? M. Blanquer qu’allez-vous proposer aux familles?

Une réponse sur “Et si ça ne marche pas à l’école, où iront nos enfants?”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *