Quand Krishnamurti était un pirate de l’éducation

« Quel compromis peut-il y avoir entre la liberté et l’acceptation de l’autorité? Ceux pour qui ce compromis existe ne sont pas authentiquement sincères lorsqu’ils déclarent vouloir trouver la connaissance de soi et la liberté. Nous avons l’air de croire que la liberté est un but ultime et qu’en vue de nous libérer, il nous faut d’abord nous soumettre à diverses formes d’oppressions et d’intimidation. Nous espérons atteindre la liberté en nous conformant à quelque chose, mais les moyens ne sont-ils pas aussi importants que la fin? Ne façonnent-ils pas la fin?

(…) Si la fin est la liberté, le début doit être libre car la fin et le commencement sont un. Il ne peut y avoir de connaissance de soi et d’intelligence que lorsqu’il y a liberté dès le premier pas; et la liberté est niée par l’acceptation de l’autorité »

Krishnamurti. De l’éducation.

Une pensée sur “Quand Krishnamurti était un pirate de l’éducation”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *