Excuse-toi!

Mes enfants participent à un camp de jour (centre aéré pour les français). L’autre soir, Lylhèm était dans le bureau de la directrice. Elle voulait qu’il s’excuse pour avoir grimpé dans les arbres et ainsi avoir donné le mauvais exemple, « et si tout le monde veut faire ça? », arguait-elle, « et si un enfant se blesse… ». J’arrive donc sur cette  discussion-réprimande. La directrice cherche du regard un soutien de ma part.

Je demande à Lylhèm:

Quelqu’un t’a-t-il demandé de monter à l’arbre? T’a-t-on donné l’autorisation de grimper? Quelqu’un t’a-t-il aidé à monter? Es-tu tombé? Pour toutes ces questions la réponse fut « non »

Je conclue en disant : Alors Lylhèm excuse-toi d’avoir fait preuve d’initiative, de liberté, d’autonomie et de compétence! Ajoutant qu’il aurait été impossible que « tout le monde » le suive et que si un ou deux l’avaient voulu, c’était une belle occasion d’éducation à l’équilibre et à la prise de risque. Lylhèm devait s’excuser si l’équipe avait choisi l’interdiction au lieu de l’éducation… La directrice m’a dit qu’elle allait réfléchir à ça.

Je partis dans les bois…

Je partis dans les bois parce que je voulais vivre selon mûre réflexion, affronter seulement les faits essentiels de la vie, et voir si je ne pouvais apprendre ce qu’elle avait à enseigner, pour ne pas, quand je viendrais à mourir, découvrir que je n’avais pas vécu. Je ne voulais pas vivre ce qui n’était pas la vie, vivre est si précieux, non plus que je ne souhaitais pratiquer la résignation plus que nécessaire. Je voulais vivre profondément et sucer toute la moelle de la vie, vivre assez solidement et en spartiate pour mettre en déroute tout ce qui n’était pas elle, couper une large bande et raser de près, acculer la vie dans un coin, et la réduire à sa plus simple expression, et si elle se révélait mesquine, en dévoiler toute sa réelle mesquinerie à la face du monde, ou si elle s’avérait sublime, le savoir par expérience pour être capable d’en rendre un compte fidèle dans ma prochaine excursion.                          H-D Thoreau

Des maths et de la nature

J’ai eu le bonheur de préfacer « Faire des maths dans la nature« , le livre de Marion Eberschweiler-Froud , moi qui fut la honte de ma classe dans les cours de maths à l’école! Je trouve que c’est une belle revanche de l’existence. Je vous conseille d’aller voir ce livre, il est plein de bonnes idées, trouvailles et activités, permettant d’aborder des notions complexes les pieds dans l’herbe!

Bravo à Marion pour cet excellent travail!

Qui a peur de la liberté éducative?

Vous vous intéressez à la liberté éducative, aux formes alternatives, aux raisons et aux processus qui conduisent à se libérer des évidences? Voilà une conférence enregistrée cet hiver dans le cadre du Sommet de la conscience, pour aller mieux et plus loin ensemble!

Échappe-toi!

N’y voyez aucun rapport direct avec l’entrée à l’école des enfants en septembre, mais hier nous avons tenté de relever le défi de nous évader de la prison des patriotes en suivant les traces historiques de Charles de Chambly. Déduction, logique, imagination, curiosité… nous avons tout employé pour nous sortir de là mais il nous a manqué 5mn pour réussir. Souhaitons que cet entraînement à déjouer les pièges pour sortir des espaces contraints et surveillés saura être profitable aux enfants!