Conférences et formations

 

Conférencier reconnu et formateur d’expérience, habitué aux grands rendez-vous, j’interviens auprès des enseignants, formateurs, familles, chercheurs…

Qui a peur de la liberté éducative? (nouveau)

Chaque enfant est prêt à grandir en liberté mais pour les parents les craintes sont nombreuses, socialisation, diplomation, perte de revenue, relation avec les institutions, apprentissages… Cette présentation a pour but de démystifier les peurs inhérentes au choix d’une éducation sans école. Elle permet de voir tous les avantages de cette formule pour les enfants mais aussi pour leurs parents.

Un éducation sans école.

Alors que les enfants prendront bientôt le chemin de l’école, Thierry Pardo nous invite à réfléchir au synonyme quasiment naturel des mots « éducation » et « école », en remettant en cause cette institutionnalisation historiquement récente de l’éducation. Dans son essai Une éducation sans école, traversé par la métaphore du pirate, il explore les différentes avenues d’une éducation hors-institution. École à la maison (unschooling), école en voyage, tradition autochtone et penseurs de l’éducation se croisent dans un essai qui nous emmène en dehors des sentiers battus. Cette « éducation pirate » s’inscrit dans le champ de l’éducation relative à l’environnement, à la croisée des sciences de l’environnement et de celles de l’éducation. Avec une préface d’André Stern.

Thierry Pardo, titulaire d’un doctorat en éducation, éduque ses deux enfants en dehors de l’école. Spécialiste des alternatives éducatives, il parcourt le monde en famille pour présenter les apports d’une posture libertaire. Auteur et conférencier, il est également chercheur indépendant associé à l’Université du Québec à Montréal

L’Ethnopédagogie : Héritages buissonniers des éducateurs anonymes

L’éducation relative à l’environnement n’a pas été inventée en 1972 à Stockholm. Elle se pratique de façon silencieuse et anonyme dans le creuset des cultures vernaculaires depuis l’aube de l’humanité. Quel héritage pédagogique nous ont-elles légués pour les éducateurs d’aujourd’hui?

Thierry Pardo a mené une étude auprès des peuples amérindiens du Québec et des paysans de la zone occitane. Ses travaux sont présentés dans Héritages Buissonniers. Éléments d’ethnopédagogie pour l’éducation relative à l’environnement (Babio, 2002).

Un regard sur le monde Inuit : l’art de réinventer la tradition

Les inuit ont subi des bouleversements significatifs de leur mode de vie dans les dernières années. Après un voyage dans le Nunavik à la rencontre avec ce peuple du grand froid, cette présentation propose une réflexion sur l’art qu’ont les inuit de s’appuyer sur leurs traditions pour se réinventer un quotidien.

Suite à un hiver dans le Nunavik, Thierry Pardo livre un témoignage qui a fait l’objet d’une publication à la Société de géographie de Toulouse.

Les éducations alternatives : Les apports d’une approche libertaire de l’éducation

Notre époque manque d’espace. En éducation, il paraît nécessaire de porter au-delà des murs de la classe un regard vers l’horizon. Cette communication aborde dans un esprit d’ouverture les alternatives à l’école (au-delà des écoles alternatives) et s’interroge sur les fondements d’une éducation émancipatrice.

Thierry Pardo propose dans cette communication d’exposer les principaux aspects de sa recherche doctorale sous la direction de Lucie Sauvé (2012).

La pédagogie de l’ailleurs : Le voyage familial comme contribution à l’éducation relative à l’environnement

Le voyage est un vecteur important d’éducation. Il permet la découverte simultanée par les enfants et les parents de situations au fort potentiel éducatif. Il interroge notre rapport au monde, au temps, à l’espace, à l’altérité. Cette communication aborde les différents aspects de l’expérience de l’ailleurs.

Dans cette communication Thierry Pardo propose d’exposer les principales thèses développées dans l’ouvrage écrit avec sa conjointe Laurie Cardonnel : La pédagogie de l’ailleurs ou pourquoi voyager avec ses enfants (Ed Michel Brûlé, 2011

Le conte environnemental : ses apports, ses dimensions, ses pièges

Le conte est à l’évidence un support favorable au message environnemental. Cependant, il demeure malaisé de définir clairement ce qu’est le conte. Dans quel espace se déploie-t-il? Y-a-il un lien entre l’environnement du conteur et celui du conte? Comment échapper aux pièges du conte moraliste en environnement?

En qualité de conteur, Thierry Pardo a organisé le premier festival du conte environnemental de Montréal dans le cadre du 5ème Congrès mondial d’ERE. À cette occasion, il a coordonné l’ouvrage collectif Contes verts pour une planète bleue (Ed Michel Brûlé, 2009)

Le phénomène de « l’école à la maison » vers une éco-éducation: quelles contributions à la recherche en éducation?

Dans nos sociétés nord-occidentales des milliers de parents ont fait le choix de ne pas scolariser leurs enfants. Sont-ils des hyper-parents, de mauvais citoyens? Quelles sont leur réalité, leurs valeurs, leurs pratiques? Comment peuvent-ils contribuer à nourrir le dialogue avec l’éducation institutionnelle?

En qualité de père d’enfants non scolarisés, Thierry Pardo propose de présenter les principaux thèmes d’une recherche de maîtrise publiée aux Éditions Universitaires Européennes en 2011.

Tarifs

Conférences:  Le tarif de base est de 500$, comprenant une présentation (environ 1 heure) et une période d’échange avec le public. Dans le cas d’événements de plus petite ampleur, il est possible de pratiquer une tarification par personne. Me contacter à ce sujet. Je vous ferai parvenir le Guide de bonne entente pour vous faciliter l’organisation d’un événement.

Formations: me contacter pour obtenir un devis personnalisé

Rédaction d’ article : 25c le mot

Contact: odrapyrreiht@yahoo.ca

35 réponses sur “Conférences et formations”

  1. Bonjour Mr Pardo,
    vous avez récemment rencontré mes amis de l’association La Boussole en Corse. Depuis un an, j’ai quitté cette belle île pour rejoindre la Dordogne.
    Je vois que vous revenez en France courant mars 2019, vous resterait-il un petit créneau pour venir faire une conférence sur Périgueux?
    Merci!

    1. Bonjour, oui c’était un très bon moment à Ajaccio. Je pense que la tournée annoncée en mars était en 2018. Sinon merci de me faire passer le lien où vous avez vu cette information. En mars 2019 je serai très probablement en tournée au Maroc. Mais promis je vous tiens au courant pour ma prochaine tournée dans le sud de la France. Merci pour l’invitation
      A bientôt Thierry

      1. Bonjour!

        J’ai découvert votre blog il y a peu de temps, je lis vos articles tranquillement » en marche arrière » quand je passe par ici.
        Je n’ai pas trouvé d’endroit où laisser de commentaires à la fin des articles, donc je me permets d’écrire ici.

        J’ai été très touchée de découvrir que vos garçons aient été obligés d’aller à l’école. J’espère que vous arrivez à les accompagner au mieux dans ce passage de vie imposé…pfff (que dire d’autre?!).

        Je me dis souvent que toutes ces personnes qui choisissent pour nos enfants que c’est mieux pour eux d’aller à l’école, devraient faire un séjour en maison de retraite (je travaille en Ehpad) pour comprendre VRAIMENT ce que c’est que cette « socialisation » forcée: « mais si Mme Truc, faut aller manger avec les (50) autres, ça vous fera du bien! », « c’est l’heure de la toilette », « c’est l’heure de manger », « restez assis vous allez tomber »….
        Mme Truc qui me dira « mais c’est que des vieux ici! »
        Bref.
        Ce n’est pas une blague, je pense que c’est une expérience à vivre pour comprendre les dangers du « c’est pour ton bien ».
        Et encore, je vois des gens qui s’interrogent et qui interrogent les pratiques en Ehpad, des personnes qui s’insurgent, qui s’indignent…. mais pour les enfants?

        Et si demain, on instaurait « l’institutionnalisation obligatoire à partir de 70 ans »? Cela ne choquerait-il personne?
        Et si l’on devait, en cas de refus d’ institutionnalisation, être « inspecté » tous les ans par un médecin de l’ARS ou autre, qui déterminerait si l’on peut rester chez soi, selon des critères subjectifs, ne se révolterait-on pas?

        On nous dira: oui, mais c’est pas pareil!

        Sinon: votre article sur « heureux à l’école » m’a fait réfléchir, me replonger dans mes propres souvenirs d’école…
        Je crois qu’il peut aussi se jouer (dans ce sentiment d’aimer l’école) la dimension de l’attachement qu’un enfant peut éprouver pour son enseignant, voire d’idéalisation.
        Je m’interroge même sur une sorte de syndrome de Stockholm envers l’enseignant.
        J’ai vu mes filles « aimer » une enseignante vraiment maltraitante….
        La relation adulte-enfant à l’école est quand même vraiment particulière.
        Je ne sais pas, je cogite… 🙂

        J’ai montré il y a 2 jours à mes filles le reportage sur l’école de Bernard Collot à Moussac (mes filles ont été scolarisée jusqu’à cette rentrée scolaire, elles ont 8 ans).

        Voici leurs commentaires pendant la vidéo:

        « Mais en fait, ils font ce qu’ils veulent! »
        « Ah, quand on sait pas on peut demander à un plus grand, c’est chouette »
        « Y’a pas les petits dans une classe et les grands dans une autre (avec des gestes de mains qui cloisonnent), c’est chouette »
        « Mais pourquoi ils parlent tout le temps? »
        « Est-ce qu’on va voir arriver le canard? » 🙂

        (« ce n’est pas l’enseignant qui est le maître de la construction des apprentissages de l’enfant, mais c’est le canard qui devient le maître de ses apprentissages »: chaque fois que j’y pense, je ris intérieurement, ça me fait du bien!)

        Bon ben, si des enfants de 8 ans comprennent…. 🙂

        Je pense que je « vagabonderai » avec votre livre quand il sera venu jusqu’en France. Vos échanges de lettres avec Bernard Collot m’ont vraiment donné l’impression d’être « arrivée à bon port » dans mon périple intellectuel et mes lectures concernant les enfants, l’école, et ce que je pouvais faire pour mes filles. Merci!

        Au plaisir de vous relire par ici,
        bonne piraterie à votre famille,
        en espérant que votre navire actuel vous offrira quelques canots de sauvetage!

        Stéphanie

        1. Merci Stéphanie pour ce long et gentil mot. Je garde l’idée de l’internement obligatoire après 70 ans, j’ai beaucoup ri! Au plaisir de vous lire

          1. J’ai lu votre article sur « l’internement obligatoire »…
            Si vous saviez ce qu’on demande parfois aux psychologues en maison de retraite!!! (vous êtes vraiment proche de la réalité dans votre fiction).

            Vous avez (à Trois Rivières je crois) une chouette maison « Carpe Diem » pour les personnes âgées souffrant de troubles cognitifs. L’école ferait bien de s’en inspirer je trouve (certains le font déjà et l’ont déjà fait – et avec des canards mêmes!-je ne m’en lasse pas-).

            J’imagine que le « lâcher prise » est plus aisé quand il s’agit d’une personne qui arrive à la fin de sa vie, que lorsqu’il s’agit des enfants pour l’avenir desquels on angoisse beaucoup.
            Mais il y a sans doute des angoisses plus fondamentales que l’acquisition de tel truc à tel âge (je suis la première angoissée pour mes enfants): l’école a, me semble-t-il, déplacé les angoisses des parents sur des choses sans réelle « gravité », arrivant ainsi à donner toute sa légitimité à la « normalité scolaire »!

            A bientôt,
            Stéphanie

          2. Bonsoir!

            J’écris toujours ici, je ne sais si c’est l’endroit….

            Je viens de lire votre dernier article.
            Je trouve que l’on a tendance à attendre des enfants, des choses dont nous ne sommes nous-même pas capables, ou que l’on n’accepterait pas.
            J’ai l’impression qu’il faut déconstruire beaucoup de préjugés/schémas/ stéréotypes pour percevoir les choses différemment.

            Vous parler d’égalité et de liberté dans cet article. J’y pensais justement l’autre jour.

            Je m’interroge encore et toujours, sur comment on a pu passer du droit de l’enfant à avoir accès à l’instruction, à un devoir.
            J’ai pu lire dans des textes de l’éducation nationale: « l’enfant soumis à l’obligation scolaire ».
            Outre le fait que ce n’est pas ce que dit la loi, je me demande comment juridiquement un mineur pourrait être soumis à quelque chose. A la limite c’est moi adulte que l’on devrait obliger à retourner à l’école pour faire de moi une meilleure citoyenne qui scolarise ses enfants 🙂

            Et si on en faisait de même avec la liberté et l’égalité.
            Qu’est-ce que serait « la liberté obligatoire »? « l’égalité obligatoire »? (après l’internement obligatoire)
            En tout cas, moi, je ne donnerais pas une de mes deux filles à ma voisine stérile (je n’ai pas de voisine stérile en vrai :-)) sous prétexte d’égalité obligatoire!

            Est-ce que cela fait de moi un être égoïste ou une citoyenne irresponsable?

            Quand on prend certaine chose sous un autre angle, on en arrive à une sorte de « fiction de l’absurde » je trouve.
            Je vous laisse donc « fictionner » si le cœur vous en dit,
            A bientôt,

  2. Bonjour,
    Mon nom est Myriam Bourgeois. Je suis étudiante en Éducation préscolaire et enseignement primaire à l’université du Québec à Montréal. Je serais intéressée à assister à l’une de vos formations ou conférences. J’ai lu votre ouvrage »La pédagogie de l’ailleurs » et il fut très inspirant. La lecture de ce dernier m’a pousser à réaliser des projets dont je ne pouvais m’imaginer réaliser. Merci.

    1. Bonjour Myriam,
      Merci pour le témoignage, je n’ai pas de présentations publiques pour l’instant de prévues au Québec. Quand ce sera le cas je l’annoncerai sur mon adresse Fb et sur ce blog. Bonne journée

  3. Bonjour M. Pardo!

    Je suis de St-Charles-Borromée. Québec.
    Je travail dans le milieu de l’éducation. Je souhaite participer très activement à voir des changement s’opérer tant qu’à la manière que nous nous y prenons pour éduquer les enfants tout autant que les adultes . J’aimerais si cela est possible pour vous de me dire comment procéder pour creer un évènement et vous acceuillir dans ma région.
    Je vous remercie de votre temps

  4. Bonjour Thierry,
    Je ne vois pas les dates des conférences au Québec. J’habite près de Bromont et Granby. Merci.
    J’aimerais mieux accompagner mon fils. VOilà mon souhait de maman.

    1. Bonjour, je serai au symposium de l’AQED le 20 mai. Je n’ai pas de présentation prévue au Québec d’ici là. Je vais là où on m’invite pour des conférences.
      A bientôt, bonne suite.

  5. Bonjour, je suis éducatrice montessori 6-12ans et je commence l’aventure du unschooling avec mon fils de 4 and tout en accueillant des enfants pour des activites créatrices et en nature. Je suis intéressée par les voyages et je suis convaincue de la richesse des apprentissages à travers les rencontres de diverses cultures. Étant moi même de double culture..et dont les traditions orales sont très fortes…. Je souhaiterai développer mes connaissances en ethnopedagogie Afin flapprofondir cette forme de pédagogie pour laquelle je me sens proche depuis longtemps sans la nommer: écriture de contes écologiques, ateliers d’écriture, pédagogie dans la nature, créativité libre peinture, modelage, ressourcement et jeux libres en forêt , rencontre avec la vraie vie et les acteurs de cette vie: l’agriculteur, le menuisier du village… Bref ! faites vous des formations à distance diplomante.
    Ou non … Car J’habite en Suisse … Merci d’avance karen

    1. Bonsoir Karen, merci pour votre mot et votre intérêt. félicitations pour parcourir les sentiers buissonniers de l’ethnopédagogie! Malheureusement je n’offre pas de formation diplômante à distance, ce serait une idée à développer. J’avais d’abord développer ces activités durant mes années de classes vertes et aujourd’hui je fais ça avec mes fils! J’étais à Genève ce printemps pour une conférence. Peut-être aurais-je l’occasion d’y revenir. En attendant bonne suite et tenez moi au courant de vos avancées. Il est peut-être encore possible de trouver en bibliothèque mon « Héritages buissonniers » consacré à cette question (Ed. Babio 2002). Bonne soirée

  6. Bonjour Thierry,
    J’ai assisté à ta conférence à Cran Gevrier au cours de laquelle tu nous as montré un tableau récapitulatif des notions abordées. Je ne le retrouve pas dans ton livre mais aimerais bien l’utiliser pour montrer un élément tangible lors de mon inspection prochaine.
    Serait-il possible de le montrer, s’il te plaît?
    Merci d’avance.

    1. Bonjour Marianne, je pense qu’il s’agit du tableau en 3 colonnes « éducation moderne, post-moderne et pirate » Il est bien dans le livre à la page 156. Je ne vois pas de quel autre il pourrait s’agir. Sinon peut-être pour les activités réalisés avec les enfants. J’avais donné les rubriques dans un précédent article sur ce blog, c’était en mars je pense, il doit être facile à retrouver. Au plaisir

      1. Je me suis mal exprimée: il s’agit d’un tableau assez simple dans lesquel tu pointais les notions abordées avec tes enfants. Par ex, maths: 3 fois, sciences 5 fois, sport 8 fois.

        1. Allo Marianne, oui j’avais écrit les catégories que j’utilise dans un article du 27 février « Garder des traces de nos activités » disponible sur ce blog.
          Au plaisir! Bonne chance pour l’inspection

  7. Bonsoir,
    Je n arrive pas à trouver vos prochaines dates de conférence en France, plus précisément dans le sud?
    Pouvez vous m aider ?
    Merci

    1. Bonjour Laurence, ma tournée se termine à Lille ce soir.
      J’espère revenir en début d’automne pour d’autres rendez-vous.
      Je publierai quand j’en saurai plus
      A bientôt

  8. Au fait Thierry, une citation qui devrait te plaire, à laquelle j’ai pensée en t’écoutant.
    Nicolas Bouvier, l’usage du monde. Super bouquin.
    Il dit « On ne fait pas un voyage, c’est le voyage qui vous fait ».
    On peut le rapporter à l’éducation et à l’enfant, non ? On n’éduque pas un enfant, c’est l’enfant qui vous éduque.
    Car en éduquant, si on reste à l’écoute, c’est l’enfant qui vous emmène en des lieux qu’on aurait imaginé…

    1. Je connais bien l’œuvre de Nicolas, et c’est un auteur que je cite souvent. Merci pour le commentaire. Effectivement tout ça est relié… Au plaisir

  9. Bonjour Thierry, et merci pour la conf d’hier à Toulouse, et pour ton humour excellent, on a aussi bien rit !
    Je t’ai parlé – toi qui aime les maths, et moi de même – d’un livre qui explique les maths vu du « chat de Geluck ».
    C’est excellent car cela illustre à merveille des idées, des concepts, mieux que des mots : en BD, en image.
    En tous les cas, mon fils de 9 ans adore, et on passe des moments à lire les bulles, et moi-même ayant d’abord lu les explications de l’auteur (Daniel Justens), on s’accompagne vers un inconnu qui devient proche.

    C’est ici :
    http://www.amazon.fr/La-math%C3%A9matique-Chat-Philippe-Geluck/dp/2206013533

  10. Bonjour Thierry,

    j’ai assisté avec passion à votre conférence à Cran-Gevrier vendredi dernier. Vous avez parlé à plusieurs reprises d’un livre sur l’histoire des mathématiques. Je crois qu’il m’intéresserait beaucoup. Pourriez-vous me donner les références?
    Je vous remercie,
    Mélanie

    1. Bonjour Elisabeth,
      J’ai mis les coordonnées sur le blog. Elles sont disponibles sur ma page FB aussi (à mon nom) Il manque quelques informations que j’attends encore. N’hésitez pas à me contacter au besoin. Chaleureusement,
      Thierry

  11. Bonjour Thierry. Nous nous posons la question de déscolariser notre fils pour son entrée en 4ème en septembre prochain. Pour l’instant nous sommes dans les questionnements tout azimut. Je souhaiterais savoir si vous donnerai, dans les mois à venir, une conférence dans le sud de la France. J’habite Bayonne. Je peux aller jusqu’à Bordeaux ou jusqu’à Toulouse. Merci.
    Corinne

    1. Bonjour Corinne, je serai par chez vous le mois prochain

      Je serai là pour le débat qui suivra le documentaire : Alphabet (d’Erwin Wagenhofer) le jeudi 10 mars à 19h45
      Au Cinéma Le Royal, 8, avenue Foch 64200 Biarritz
      Et je serai en rencontre le samedi 12 Mars 2016 A 15H30 Village Emmaüs Lescar-Pau Chemin Salié 64230 Lescar

      Je serai aussi à Toulouse et à Bordeaux

      Au plaisir de vous y croiser et peut-être de vous aider à cheminer.
      Bonne soirée

    1. Bonjour Stéphanie, de quelle conférence est-il question. Où êtes-vous? Je me déplace et en donne peut-être une près de chez-vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *