Notre semaine des musées

DSC02150DSC02158

Nous faisons cette semaine le tour des musées scientifiques de Montréal. Hier nous avons intégré l’équipe des CSI (Les experts) pour mener les enquêtes du Centre des Sciences. Autopsie, balistique, biologie, chimie, entomologie judiciaire… tout les moyens furent bons pour retrouver les coupables et proposer notre version des faits au superviseur Gil Grissom!

Nous continuerons aujourd’hui au Planétarium, puis au Biodôme… je vous en donne des nouvelles bientôt…

Macarons

18197940_10154363441930824_1417568942_n

Nous voilà de retour de l’activité macarons à la pâtisserie! Les enfants ont pu monter les macarons et utiliser la poche à douilles. Ils sont repartis barbouillés de couleur framboise mais avec un sac plein de leurs confections. Merci à tous les participants et à notre couple hôte de pâtissiers.

Un petit mot à nos député(e)s

DSC01119

A l’heure ou les députés vont tenter de clarifier les règles encadrant les éducations sans école, il serait sans doute bon de les informer au sujet de quoi ils comptent légiférer. D’abord, les unschoolers n’ont rien à voir avec les écoles clandestines de toutes obédiences. Le mot « unschooling » nous démarque d’emblée de toute organisation collective régulière se rapprochant d’un système scolaire. Si certaines religions se cachent derrière le petit doigt de « l’école à la maison », nul ne doit en être dupe.

Ceci étant clarifié, reste à comprendre ce que par défaut nous nommons « unschooling ». Tout d’abord, notons qu’il est curieux de qualifier un ensemble de pratiques par ce qu’il ne fait pas. Un cycliste ne s’appelle pas un « non-piéton » ! Pour comprendre la façon dont nous vivons l’éducation avec les enfants il suffit de se rappeler comment nous avançons avec nos enfants lors des voyages familiaux. Quand, durant les vacances scolaires nous visitons le sud de l’Espagne avec nos enfants, nous découvrons ensemble les merveilles de l’architecture andalouse sans pour autant  préparer des fiches, ou se livrer à une évaluation finale. Chacun à son niveau est porté vers ce qui l’intéresse, chacun dessine, photographie, filme, note dans un carnet. Peut-être suivrons-nous un guide, peut-être lirons-nous un livre sur la période médiévale ou irons-nous voir un concert. A coup sûr nous goûterons les mets locaux et nous rencontrerons des citoyens qui nous raconteront leur expérience du pays. Bref, toute une batterie d’activités qui marqueront les enfants et les adultes pour longtemps.

Si au contraire, un ami installé sur place et, habité des meilleures intentions du monde, était venu nous chercher à l’aéroport de Malaga, nous avait amené dans son bureau et pendant la durée de notre séjour nous avait donné un cours sur l’histoire, les coutumes, l’économie, la géologie du lieu, s’il nous avait distribué des fiches pédagogiques savamment préparées, s’il avait opéré sur notre famille une pédagogie différenciée, adaptée à chacun, s’il nous avait fait subir une évaluation et que nous soyons reparti en fin de séjour avec un diplôme, aurions-nous apprécié notre voyage ? Pourtant toutes les belles intentions scolaires de notre ami auraient du satisfaire notre soif d’apprendre puisque c’est cette réalité que nous offrons à nos enfants scolarisés !

En réalité les apprentissages authentiques nécessitent l’immersion, l’engagement des corps, de la marche et du goût. Nous apprenons de façon spontanée en rencontrant et en développant des compétences inattendues, nous inscrivons dans nos sens l’expérience et là se font les véritables apprentissages. Mais pour laisser place à la spontanéité nous devons laisser la vacuité du programme. Le didacticien n’obtient que ce qu’il prévoit d’obtenir, en laissant la vie opérer, la magie du voyage, nous obtenons tout le reste.

Voilà pourquoi soumettre des unschoolers au régime des examens du ministère c’est tuer dans l’œuf ce laboratoire vivant des pédagogies innovantes. Vouloir faire passer chaque enfant à la moulinette d’une progression des apprentissages préprogrammée c’est renoncer à la spontanéité et à l’authenticité des apprentissages. Ne nous étonnons pas si les enfants perdent la motivation d’apprendre quand ils sont soumis jour après jour à un régime dans lequel il ne choisissent véritablement ni le fait d’aller à l’école, ni l’école en question, ni les horaires, ni le calendrier, ni leur classe, ni leur place, ni leurs condisciples, ni leur enseignant, ni les contenus du programme, ni les méthodes pédagogiques, ni d’être évalué et encore moins le calendrier d’évaluation, et les critères.

Est-il étonnant que comme le rappelait un article de la presse cet automne, il y ait au Québec 53% d’illettrés fonctionnels ? Les unschoolers loin de représenter un danger pour la société, offrent bien au contraire une fenêtre de réflexions et d’expériences, une porte ouverte vers autre chose. Pourquoi tenter d’enfermer, mesdames et messieurs les députés, un monde que vous connaissez peu, plutôt que d’établir un dialogue fécond et de nous inspirer mutuellement pour le meilleur de nos enfants ?

Rencontre avec Géronimo Stilton

DSC02111

Lylhèm et Eÿkèm ont rencontré le fameux auteur Géronimo Stilton dont on lit les livres depuis des années le soir avant de dormir. Ils ont gagné des affiches autographiées et un livre. Ils ont aussi pu lui poser des questions sur ses aventures. Bien sûr ce n’est pas leur première rencontre avec la fameuse souris mais à la bibliothèque c’est bien plus facile, il n’y a pas les 200 mètres de file du Salon du livre. Toujours un bon moment! Cette rencontre me fait penser aux discussions sur la croyance au Père Noël. Clairement les enfants comprennent que la souris devant eux n’est pas une souris de type Mus Musculus de la sous-famille des Muridae et pourtant ils se plaisent à se prendre au jeu, comme on peut pleurer devant un film dont on sait pourtant que c’est une fiction. Les enfants ne sont pas pressés de désenchanter le monde. Moi non plus.

Cabane à sucre

17919011_10154494145331188_821638298_n

Une petite virée dans les bois pour aller se sucrer le bec de sirop. Alors oui, il faut le look de Charles Ingalls pour faire authentique et une grange à retaper. Pour ceux qui ne connaissent pas les cabanes à sucre, ce sont les endroits où on récupère la montée de sève des érables que l’on fait bouillir pour la transformer en sirop. Pour fêter ça on organise des repas composés des stocks de l’hiver finissant, haricots, viande, oeufs, lard, et le tout arrosé de sirop fraîchement produit. Pour finir du sirop caramélisé (la tire) est versée sur la neige restante et enroulée autour d’un bâton pour constituer le dessert. C’est une fois par an, le temps de digérer avant l’année prochaine!