Quand La Boétie parlait de liberté…

Alors que les Grecs tentaient d’acheter la docilité des Spartiates

Voyez spartiates, apprenez par mon exemple, comment le roi sait honorer ceux qui le valent, et pensez que si vous lui obéissiez il en userait de même avec vous. Si vous étiez ses sujets et qu’il eut fait votre connaissance, ni l’un ni l’autre vous ne manqueriez d’être seigneurs d’une ville de Grèce.

Réponse des spartiates : En ceci tu ne saurais nous donner un bon conseil parce que le bien que tu nous promets tu l’as expérimenté, mais celui dont nous jouissons tu ne sais ce que c’est. Tu as éprouvé la faveur du roi, mais de la liberté, de son goût, de sa douceur, tu ne sais rien. Hors si tu en avais tâté, toi-même tu nous conseillerais de la défendre, non pas avec la lance et l’écu mais avec les dents et les ongles.

Extrait du Discours de la servitude volontaire de La Boétie paru en 1576. Texte écrit alors que l’auteur n’avait que 16 ans.

Il me semble qu’il y a dans la réponse des Spartiates quelques éléments transposables à nos préoccupations de liberté éducative, quelques réponses dont nous pourrions user dans notre rapport à la servitude proposée par ceux qui croient détenir sur nous une forme de pouvoir. Soyons Spartiates!

Nouvelles de rentrée

Vous avez été nombreux à m’envoyer des messages de soutien pour cette entrée scolaire forcée des garçons. Merci beaucoup! On m’a souvent demandé comment ça se passe pour eux et pour moi. Leur école est « alternative » mais au Québec le ministère garde le contrôle du calendrier, du programme, de la gestion ce qui relativise le caractère alternatif. En ce qui concerne le sentiment que je partage avec les enfants, c’est comme si en tant qu’athées nous étions forcés d’aller à la messe. Certes l’église est belle, le curé est sympathique, la chorale chante bien… il suffirait qu’on soit croyants pour que tout soit parfait! Les enfants gardent pour l’instant une forte distance critique et cherchent les espaces d’amusement, j’essaye de les accompagner au mieux en attendant des jours meilleurs. Celui qui a connu le goût de la liberté en garde le souvenir impérissable et il n’est pas facile de le convaincre des bienfaits de l’obéissance.

Merci à Émilie pour la photo

Ninja, le nouveau jeu créé par les enfants!

La période des élections au Québec est une belle occasion de récupérer les pancartes et des les découper pour fabriquer des jeux! Dans Ninja, les joueurs se déplacent de toits en toits grâce à des échelles, des cordes et des ponts. Ils doivent réunir les  quatre éléments de la destinée pour devenir le plus Ninja cool possible! Bien sûr il y a des batailles, de la stratégie et un zest de chance! Hier, absorbés par leur envie de créer, Lylhèm et Eÿkèm ont dessiné, découpé pendant presque trois heures sans même s’en rendre compte. Le jeu est vraiment super et tout le monde est très fier! On vous attend pour l’essayer avec nous!

Et toujours en été…

DSC04379
DSC04392
DSC04400
DSC04374

Fin de semaine dans les bois en famille. Blés d’inde sur la braise, sardines grillées et repas trappeur, et soirée aux chandelles! On s’est offerts le luxe d’une bannik au chocolat cuite à la broche. Nous avons fait une course aux champignons contre les vers et les limaces. Et ben ce sont les limaces qui ont gagné!

Confrérie des chevaliers

DSC04337
Chevalier Lylhèm

Nous voilà de retour d’Ottawa où nous avons visité le musée de la guerre et le musée des civilisations qui mettaient à l’honneur l’époque médiévale et particulièrement les armures de chevaliers. Voilà donc Lylhèm et Eÿkèm équipés pour la bataille. La terminaison de chacun de leur prénom fait étymologiquement référence au heaume. Ceci est encore plus significatif dans la traduction anglaise « helmet. Alors les voilà en accord avec leur histoire!