De l’autre côté du monde

La première neige vient de tomber sur notre cabane. Le poêle à bois a fait son office, et nous nous sommes réchauffés autour d’une bonde fondue. Partir dans les bois est aussi une façon de se reconnecter avec nos rythmes biologique et d’un peu compenser les horaires imposées de la vie urbaine.  Les enfants avaient besoin d’un souffle qui respecte leurs besoins de sommeil et qui offre le lien indispensable avec la nature. Les tuyaux ont commencé à geler, la pluie verglaçante a cassé quelques arbres. Mais se sentir au chaud et à l’abri de l’autre côté des soucis du monde est un sentiment merveilleux.

2 pensées sur “De l’autre côté du monde”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *